Skip to content

Grandir

Pour une ville à taille humaine

Trouver l'équilibre

La métropole bordelaise, avec 7,7% de croissance démographique entre 2011 et 2016, fait partie des agglomérations les plus dynamiques de France, seulement dépassée dans sa catégorie par Montpellier.

59% du territoire de la métropole est constitué d’espace naturels, d’espaces verts, agricoles ou cours d’eau (et 41% à l’habitat).

Nous devons aujourd’hui trouver l’équilibre qui permette de poursuivre l’accueil des nouvelles populations tout en conservant un développement soutenable répondant aux enjeux environnementaux et sociaux.

Grandir c’est construire 3000 logements chaque année pour accueillir 2000 habitants supplémentaires et permettre la décohabitation (+1% par an d’augmentation de la population). Grandir c’est assurer un habitat social à ceux qui en ont besoin et permettre aux étudiants de se loger (+ 1000 logements sociaux construits).

Nous devons aussi être attentif aux effets négatifs de ces changement sur notre ville. Bordeaux a longtemps été l’une des grandes villes les moins chères de France. Après une importante augmentation des prix de vente (+37% entre 2015 et 2018), nous observons à présent une stabilisation des prix (-0,3% environ en 2019, du jamais vu depuis 5 ans). Les loyers quant à eux sont encadrés par la loi et sont restés globalement stables à Bordeaux. 

Le saviez-vous ?

  • Avec environ 6% du parc de logements, la vacance reste basse dans Bordeaux
  • Alors que 4 800 logements sur les 5 400 ont été livrés dans le quartier des Bassins à flot, l’agence d’urbanisme a réalisé une enquête auprès de la population à la demande de la Ville : 60% des habitants considèrent vivre dans un quartier calme ; 65% n’envisagent pas de déménager ; 86% recommandent d’habiter dans ce quartier
  • En 1931 Bordeaux comptait environ 300 000 habitants et 266 000 en 1968 ! Aujourd’hui la ville en compte 252 000

Nos objectifs :

1. Grandir harmonieusement en maîtrisant notre développement démographique

Gardons la maîtrise de notre développement. Il est important d’accueillir de nouveaux habitants mais il est nécessaire de les accueillir dans de bonnes conditions.

Ecoles, crèches, lieux sportifs et culturels… doivent être en capacité d’accueillir des nouveaux habitants avant que de nouveaux logements soient construits à proximité. 

Avec une croissance de plus de 30 000 étudiants depuis 2000, un passage du cap des 100 000 étudiants dans la métropole bordelaise et des prévisions de croissance de 115 000 étudiants en 2027, la question du logement étudiant est et restera un enjeu majeur des politiques publiques. Bordeaux Métropole doit garantir une qualité d’étude et de vie à ces jeunes adultes. 

Cela passe notamment par la construction de nouveaux logements qui doit s’intensifier en répondant aux besoins de ce public. 

Nous voulons créer un « droit opposable au service public » (DOSP) pour que la municipalité s’engage à définir (avec les habitants) un niveau de service public (par exemple : nombre d’enfants maximum par classe dans nos écoles, proximité avec un jardin public, qualité de l’air…) équitable et opposable pour tous les quartiers, neufs ou anciens. Ces règles devront servir de base à la redéfinition du Plan Local d’Urbanisme plus stratégique.

Exemple de nouvelles règles durables :

  • Accueil de la biodiversité sur les bâtiments (oiseaux, chauve-souris)
  • Végétalisation des bâtiments et des toits
  • Plantation ou préservation d’arbres minimum par opération
  • Développer un parc de logement étudiant d’urgence (les étudiants en difficultés y seront accueillis temporairement)
  • Lutter contre l’étalement urbain en poursuivant une densification raisonnée et en favorisant la construction d’immeubles hauts qui limitent l’artificialisation des sols
  • Garantir l’accès au logement abordable grâce à la réforme en cours qui vise à proposer une part significative de logements à 3000€/m² dans toutes les opérations immobilières
  • Respecter l’obligation de 25% de logements sociaux à l’horizon 2025
  • Expérimenter le permis de louer pour lutter contre l’habitat insalubre (Proposition PACTE HULOT)
  • Intensifier la chasse aux pratiques de locations saisonnières abusives
  • Créer un outil de consultation des prix moyens de vente quartier par quartier pour assurer une meilleure transparence du marché de l’immobilier

2. Renforcer la solidarité avec les territoires voisins

Les politiques publiques locales ne peuvent plus agir seulement à l’intérieur des frontières géographiques des collectivités. Nous devons penser nos actions à l’échelle des « bassins de vie » et arrêter de densifier les villes… en désertifiant les campagnes. 

3. Reconquérir la Garonne